Djabou en Tunisie, bonne ou mauvaise affaire ?

Djabou en Tunisie, bonne ou mauvaise affaire ? equipe nationale  L’international algérien de l’ES Sétif, Abdelmoumen Djabou, qui s’est engagé pour deux ans avec le Club Africain, a fait une mauvaise affaire pour développer ses capacités et apporter ce plus attendu pour l’équipe nationale algérienne.

On se souvient bien que lorsque le joueur de l’Entente de Sétif s’est éclaté et particulièrement après la finale de la Coupe d’Algérie de football, il a eu beaucoup de propositions des clubs aussi bien arabes qu’européens.

“Vu le talent du joueur, l’idéal pour lui est d’opter au profit d’un club européen pour mieux progresser, d’ailleurs, plusieurs clubs veulent s’attacher ses services, à l’image de l’AS Monaco (Ligue 2 française), Cagliari (Serie A italienne), en plus d’une équipe turque, mais Djabou préfère la Tunisie et je respecte son choix”, avait bien confié le président de l’Entente de Sétif, Abdelhakim Serrar.

Mieux encore, le sélectionneur de l’équipe nationale algérienne, Vahid Halilhodzic avait bien intervenu dans une de ses déclarations pour conseiller Djabou «de s’engager avec un club européen (allusion à ce moment-là, à Monaco) pour progresser… ». Et si c’est Halilhodzic qui lui montrait indirectement cette option, c’est que le sélectionneur des Verts connaît les retombées d’une telle évolution en France. Pour influencer le joueur, Serrar avait même annoncé durant les premières propositions des clubs étrangers y compris du Golfe, que «si Djabou quitterait l’Entente ce serait uniquement pour l’Europe…. ». Mais, force est de constater que finalement l’international algérien a choisi la destination Tunisie pour poursuivre sa carrière. Si cette attitude du joueur est «surprenante», compte tenu du fait que le joueur lui-même sait, mieux que quiconque, qu’il serait plus avantageux de joueur en Europe qu’en Tunisie. Et si c’était pour de l’argent, la destination du Golfe était des plus indiquées. Et la question qui se pose d’elle-même c’est qui a ou qui ont influencé le joueur pour prendre une telle option et une telle décision incomptable avec les potentialités qu’il possède dans la perspective de les parfaire. Ce n’est certainement pas en Tunisie qu’il va parfaite ses potentialités et sa marge de progression par rapport à un club français, à savoir par exemple, Monaco qui aspire à retrouver la Ligue 1 française la saison prochaine.

Et ce qui prouve qu’il y a «influence» sur le joueur c’est qu’il a opté d’abord avec le club tunisien l’ES Tunis avant de signer au Club Africain de la même ville.

Mieux encore, cette déclaration du président de la section football de l’ES Tunis, Riad Benour, est bien  lourde de sens et conforte l’influence subie par le jeune international algérien: “Effectivement, nous avons rencontré Abdelmoumen Djabou à trois reprises, mais je dois dire que nous avons trouvé le joueur très perturbé”, a déclaré Benour à une chaîne de télévision satellitaire locale, cité par le site officiel du club tunisois.

“Nous avons l’impression qu’il ne sait pas encore ce qu’il doit faire et quelle est la décision qu’il doit prendre”, a-t-il ajouté.

Et, finalement, Djabou s’est décidé à signer au profit du Club Africain. Djabou rejoint les Clubistes “malgré une tentative de détournement” de l’ES Tunis, selon les propos d’un responsable du Club Africain, Imed Riahi.

Le milieu offensif des Verts, qui avait presque tout conclu avec l’EST la semaine passée, a changé d’avis en privilégiant la piste du Club Africain, suite à la visite reçue à Sétif (sa ville natale) par un émissaire de la formation clubiste pour le ”chiper” au vainqueur de la précédente Ligue des champions d’Afrique. Le club de la capitale n’a pas précisé le montant de la transaction, mais une radio locale a estimé à 4 millions de dinars tunisiens le transfert du meneur de jeu algérien au Club Africain.

Imed Riahi a affirmé à Radio Shems FMque le montant de l’indemnité du transfert de Djabou est “à la hauteur de sa valeur sportive”.

C’est dommage pour Djabou et l’équipe nationale algérienne, car, la situation en Tunisie et son football sont loin de permettre une évolution meilleure qu’un club européen.

Il ne faut donc pas du tout s’étonner si coach Vahid ne ferait pas appel à Abdelmoumène Djabou pour les deux prochains matchs des Verts comptant pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2013 prévue entre le 7 et le 9 septembre « aller » et le 14 et 16 octobre pour le match «retour» contre une équipe qui sera tirée au sort le 5 juillet prochain à Johannesburg (Afrique du Sud).

S B